Market Financial Analysis

Les canons de Navarone

Posted on novembre 25, 2017 in Uncategorized by

Spread the love

Ce sont des pépinières pour les privilégiés ; ils en sortent avec des numéros d’ordre qui leur donnent des droits plus ou moins étendus sur l’existence de leurs semblables ou qui leur confèrent des monopoles insultants ou meurtriers. On oublie que le rapport de contenant à contenu emprunte sa clarté et son universalité apparentes à la nécessité où nous sommes d’ouvrir toujours devant nous l’espace, de refermer toujours derrière nous la durée. Une association comme France Digitale n’a pas pour rôle de « faire de la politique ». Il est certain que le nombre des présens n’est point aussi considérable qu’avec un autre système. Mais les vêtemens, pour chaque homme, sont en moins grand nombre que dans nos casernes. Voilà l’opinion qui pour le moment représente les intérêts négligés, le côté du bien-être humain qui est en danger d’obtenir moins que sa part. Est-ce que, pendant le sommeil, notre intelligence continue à fonctionner comme si nous ne dormions point ? Les canons de Navarone établit un algorithme qui dresse la cartographie des sphères de la personne et génère un rapport remis individuellement. Plus particulièrement, en ce qui regarde l’étendue concrète, continue, diversifiée et en même temps organisée, on peut contester qu’elle soit solidaire de l’espace amorphe et inerte qui la sous-tend, espace que nous divisons indéfiniment, où nous découpons des figures arbi­trairement, et où le mouvement lui-même, comme nous le disions ailleurs, ne peut apparaître que comme une multiplicité de positions instantanées, puisque rien n’y saurait assurer la cohésion du passé et du présent. L’enseignement secondaire est, pour plus de moitié, entre les mains des congrégations ; il le serait entièrement que la démocratie, je crois, n’aurait pas grand’chose à y perdre. Son système, bien que remanié maladroitement plusieurs fois, a conservé son caractère dogmatique, exclusif. Mais cette différence n’est que de surface. On voit que je ne fais aucune allusion aux mœurs des Flamidiens. La causerie s’était continuée, sur vingt sujets pareils, dans le salon d’en bas, sous le regard indulgent de deux portraits de famille dont les modèles, sans doute, avaient eu, en leur temps, le même esprit libre et sage, la même humeur accueillante. Cette attitude positive est même fondamentale pour la relance et pour l’emploi de proximité d’autant que dans le cadre de notre engagement européen, on ne peut laisser un sujet comme celui de la promotion de nos savoir-faire et de la préférence nationale aux polémiques politiciennes qui prônent la sortie de l’Union Européenne, le retour au Franc et la fermeture de nos frontières. Il n’est sans doute pas mauvais qu’il en soit ainsi. Comme, en entrant au régiment, le Français doit sacrifier complètement sa personnalité, il est préférable qu’il n’ait point de personnalité et que la douleur du sacrifice, par conséquent, lui soit épargnée. Le grand point, c’est qu’il n’y ait plus d’illettrés en France ; que tous les citoyens puissent lire le texte des lois qui les garrottent ; compter les chaînons de leur chaîne ; écrire, sur les bulletins de vote, qu’ils désirent que la séance continue — avec Jean-qui-Bavarde pour la présider, en attendant Jean-qui-Tue.

Pages